print
gohome
Print Edition
P23 JFR 370.(Photo by: Noam Finer)
La Formule 1 pour la paix
By ALLON SINAI
06/11/2013
Les 13-14 juin prochains, Jérusalem ouvre ses rues aux pilotes de course automobile de F1.


Avec, à son actif, 231 courses de Formule 1 en 14 ans, dont 3 victoires et 19 podiums, on peut se demander ce qui est encore susceptible de surprendre Giancarlo Fisichella.

Eh bien, ce coureur automobile italien de 40 ans, dont la dernière course de F1 remonte à 4 ans, semble vraiment ravi d’être au volant d’une Ferrari dans les rues de Jérusalem, cette semaine, dans le cadre d’un événement présenté comme le « Jerusalem Peace Road Show », ou la tournée pour la paix de Jérusalem.

Les 13 et 14 juin, jusqu’à 100 000 spectateurs sont attendus pour regarder les bolides défiler le long du parcours de 2,400 kilomètres, qui passera au pied des murailles de la Vieille Ville, parmi d’autres sites de la capitale.

Parmi les participants, Fisichella, au volant de sa Ferrari rouge, exposée au préalable au regard des curieux du 9 au 13 juin, en marge d’un spectacle de moto Superbike également prévu, entre autres activités.

« Je suis vraiment impatient de conduire une voiture de F1 à Jérusalem », déclare-t-il. « Je n’étais pas là en mars, pour le lancement de l’événement, mais je suis sûr que ce sera un grand succès public ».

En accueillant cet événement promotionnel de Formule 1, Jérusalem rejoint ainsi le club privé de villes comme Moscou, Rotterdam, Doha ou Rio de Janeiro, et permettra aux fans israéliens de voir une voiture F1 en action en Israël. Bien sûr, même s’il ne s’agit pas d’une course homologuée, mais seulement d’un circuit de présentation.

« J’ai participé plusieurs fois à des événements similaires dans des endroits inhabituels, comme Moscou, juste en face du Kremlin », note Fisichella, « C’est une expérience fascinante que j’apprécie particulièrement parce que vous conduisez une voiture de F1 très près des fans, sans toutefois connaître la pression que vous subissez généralement lors des courses de fin de semaine. » Ce pilote chevronné est bien conscient de la chance qui lui est offerte « de conduire une voiture de Formule 1 dans les rues d’une ville aussi fascinante et pleine d’histoire que Jérusalem. Je suis sûr que l’événement va attirer une multitude de spectateurs le long de la piste – un véritable circuit qui va arpenter les collines de la capitale. » 

Le sport, vecteur pacificateur 

Ce sont les organisateurs de l’événement, dirigé par la municipalité de Jérusalem, qui ont décidé du nom de Tournée de la paix, que certains peuvent considérer comme prétentieux. Mais pas Fisichella, qui espère au contraire que l’initiative pourra aider à créer une meilleure compréhension entre juifs et musulmans.

« Importer le sport automobile et la Formule 1 dans la région peut aider à rapprocher tous ceux qui se retrouveront dans leur envie de venir découvrir de près bolides et pilotes », pense-t-il. « Je ne peux que partager les mots que le maire Nir Barkat a prononcés à l’occasion du lancement de l’événement : “Jérusalem est une ville ouverte à tous, et il est important d’envoyer un message de paix, dénué de toute signification politique. Nous espérons voir les juifs et musulmans se tenir côte à côte pour assister à la plus belle présentation de sport automobile de proximité” ». Et Barkat, candidat à sa réélection lors des municipales prévues à l’automne 2013, d’ajouter qu’il s’agit là d’un « événement historique » qui contribuera à la croissance de la capitale.

« Ce sera bénéfique pour l’économie, le tourisme et la promotion de la ville partout dans le monde », a ainsi noté le maire. « Certes, Jérusalem peut s’enorgueillir de 5 000 ans d’histoire, mais elle ne peut et ne doit pas rester statique. Au contraire, elle doit embrasser le monde moderne. » L’événement est coproduit par la municipalité et la société Kaspersky Lab, multinationale en matière de sécurité informatique, qui est également un des principaux sponsors de Ferrari. « J’espère que ce projet unique constituera un début brillant pour ouvrir un nouveau chapitre dans l’histoire de la course automobile », a ainsi fait savoir le P.-D.G. de la compagnie, Eugene Kaspersky.

Vers un Grand Prix de F1 en Israël ? 

Les sports mécaniques sont parmi les événements les plus populaires à travers le monde. A elle seule, la F1 affiche des revenus estimés à quelque 2 milliards de dollars par an. Mais Israël a longtemps résisté à la tenue de courses professionnelles dans le pays.

Ce n’est qu’en 2011 que le ministère de la Culture et du Sport a légalisé les courses de vitesse. Depuis, ces deux dernières années Eilat s’est fait l’hôte d’une course de Formule 3, le temps d’un week-end et le long d’un circuit de 1,500 km.

Et avec le lancement de la course hiérosolomytaine, Fisichella voit l’espoir d’accroître encore plus la popularité de son sport dans le pays. « Des événements comme celui-ci sont essentiels pour mieux faire connaître notre discipline », assure l’Italien.

« D’autant plus, qu’ici nous aurons la chance d’effectuer un véritable tour, au lieu de la traditionnelle course linéaire, généralement de rigueur lors d’occasions comme celles-là. » Quant à savoir si Israël pourrait un jour accueillir une véritable compétition de F1, il reste sceptique. Compte tenu des frais de construction d’une piste et de la nature instable de la région, la tenue d’un Grand Prix de F1 en Terre promise, même dans un avenir lointain, semble aussi improbable que le fait de voir l’équipe nationale de football remporter la Coupe du Monde (pour laquelle il n’a même pas été qualifié depuis 1970). « Il existe déjà près de 20 courses à travers le monde », poursuit-il, « et j’ai entendu dire que plusieurs pays font actuellement pression pour être inclus dans le circuit ces prochaines années, ce qui laisse peu de chances à Israël à court/moyen terme. Mais il ne faut jamais dire jamais. »


print gohome
JPost.com: Arab-Israeli Conflict | Israel News | Diaspora | Middle East | Opinion | Premium | Blogs | Not Just News | Edition Francaise | Green Israel

Copyright © 2014 Jpost Inc. All rights reserved • Terms of UsePrivacy Policy