Tou Bichvat

A l’occasion de Tou Bishvat, découverte de certains arbres millénaires de Jérusalem.

By MARIE-SARAH SEEBERGER
January 21, 2013 13:24
Tou Bichvat

2301JFR21 521. (photo credit: Yaacov Shkolnik)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Les géants de la Ville Sainte 

A Jérusalem, les arbres se comptent par milliers. Certains sont majestueux, d’autres un peu abîmés par le temps. Chaque jour, nous passons devant eux, bien souvent sans trop les regarder. Et pourtant, parmi ces arbres, se cachent des merveilles de l’histoire et du patrimoine israélien. Visite guidée de ces végétaux millénaires.

Première étape, le jardin de Gethsémani.
Au pied du mont des Oliviers, à Jérusalem, le fameux jardin se situe juste à côté de la basilique de l’Agonie. Là se trouvent des oliviers aux troncs entremêlés, épais, sur lesquels le temps a laissé ses marques.
Et pour cause, on leur accorde quelque 4 700 ans d’existence.
En réalité, il est assez complexe de dater précisément ces arbres. Car il faudrait, pour ce faire, scier leur tronc et compter les anneaux qui s’y trouvent. Or, ces arbres sont composés de plusieurs socles et les couper serait extrêmement difficile. Mais il existe également une autre solution : prélever une partie de l’intérieur du tronc et analyser en laboratoire la quantité de carbone 14 contenue. Grâce à cette technique, les scientifiques ont ainsi pu estimer l’âge de ces vieux oliviers : certains dateraient de l’an 1092. Les autres, plus anciens encore, n’ont pu être analysés.
Il s’agit là des oliviers les plus vieux d’Israël et probablement les plus connus du monde. Les pèlerins chrétiens du monde entier viennent les admirer.

Direction ensuite le cimetière militaire britannique de Jérusalem, sur le mont Scopus. Il accueille plus de 2 500 tombes de soldats anglais de la première guerre mondiale et fait face à la Vieille Ville de Jérusalem. Les allées sont parfaitement entretenues et des fleurs poussent près des tombes. Devant nous, se dresse un immense laurier. Il n’est pas particulièrement ancien, mais il s’agit sans nul doute du plus haut laurier d’Israël.
Il semble qu’il soit formé de deux ou trois arbres différents regroupés en un. Tout comme l’olivier, le laurier a une symbolique importante en Israël. Il est connu comme l’arbre de la nativité. Il faut se pencher pour attraper quelques feuilles, les froisser dans la paume de la main et sentir l’odeur si reconnaissable de cet arbre s’en dégager.

Dans l’enceinte même du cimetière, on découvre un autre arbre à l’allure assez étrange. Son tronc est long, plutôt fin, et s’étend sur plusieurs mètres de branches, comme des bras qui voudraient s’étirer. Le plus étonnant est sans doute la couleur de son tronc : rouge, comme recouvert d’une fine couche de peinture. Si le rouge vire au noir, signe de vieillesse, on comprend alors que les jours de cette merveille de la nature sont comptés. Cet arbre s’appelle le Strawberry Tree (l’arbre à fraises) parce qu’il produit des petites baies rouges. L’espèce se trouve surtout dans des sols de climat méditerranéen.

Témoins du passé 

Au détour de deux découvertes, on apprend que beaucoup d’arbres sont déplacés pour être replantés ailleurs, à des fins décoratives par exemple. Mais cela n’est néanmoins pas possible avec toutes les essences, comme le laurier. C’est le KKL-JNF, le Fonds National Juif, qui s’occupe de ce travail de précision, grâce à ses équipes spéciales, mais uniquement quand c’est réellement nécessaire : l’organisme indique qu’il vaut mieux laisser les arbres dans leur milieu d’origine.

Autre arrêt de ce tour des arbres anciens, le monastère de la Croix, dans le quartier de Nayot à Jérusalem. Selon la tradition, c’est là qu’Abraham donna à Lot, son neveu, trois arbres : un cyprès, un cèdre et un olivier, qui auraient miraculeusement poussé en un seul et même arbre.

Retour au centre ville. Hauts de 14 mètres, trois cèdres de l’Himalaya, datant de 1931, marquent l’entrée du complexe d’institutions nationales de la rue King George. Mais ces jeunes pousses de « 80 ans à peine » ont contemplé leur part d’histoire, pour être situés là où les trois institutions pré-étatiques ont tenu leurs quartiers généraux, depuis le début des années 1930. La construction, bâtie en fer à cheval dans un style Bauhaus, à l’angle de la rue KKL, Keren Kayemet LeIsraël, abrite désormais des bureaux de l’Agence juive et du KKL. Mais c’est là que la Knesset a tenu ses premières sessions et que Haïm Weitzmann a été intronisé dans ses fonctions de premier président de l’Etat. Les arbres surplombent une vaste cour qui a abrité nombre de festivals ou manifestations.
La rue Yehezkel renferme elle aussi un trésor dont elle est fière : ses eucalyptus. Quand les Russes ont pris le contrôle de la région de Boukhara, en 1868, ils ont accordé à sa population juive une liberté de culte ainsi que le monopole sur la soie et les tissages.
Ce sont donc des familles aisées qui vont s’installer à Jérusalem, dès les années 1870, dans le quartier qui porte le nom de cette communauté. Mais parmi les splendeurs du passé, seuls les eucalyptus ont résisté aux affres du temps.

 Le saviez-vous ? 

 Israël est le seul pays qui est entré dans le 21e siècle en augmentant son nombre de végétaux : l’Etat hébreu compte plus d’arbres aujourd’hui qu’il y a 50 ans.

Selon la tradition, pendant la célébration de Tou Bishvat, il faut notamment consommer les fruits d’Israël : la grenade, la figue, l’olive, la datte et le raisin.

Originairement, le Golan était réputé pour sa grande production d’olives. Aujourd’hui, on y trouve beaucoup de vignes, utilisées pour la production du vin israélien, le meilleur du pays.

Chaque année, le KKL (Keren Kayemet LeIsraël ou Fonds national juif) produit et plante trois millions d’arbres et d’arbustes en Israël.

Depuis ses débuts, il y a plus d’un siècle, le KKL est à l’origine de la plantation de plus de 240 millions d’arbres en Israël. C’est la seule organisation dans le pays qui s’occupe du reboisement des forêts, comme le stipule un accord conclu entre l’organisme et l’Etat d’Israël.

Partenaire incontournable de Tsahal, le KKL se mobilise en faveur de la sécurité des populations israéliennes, plus que jamais frappées par les bombardements en provenance des bases terroristes de la bande de Gaza. Afin d’assurer la protection de ces citoyens, le KKL et Tsahal mènent de front une entreprise de plantation de « barrières d’arbres » vouées à obstruer le champ de vision des gazaouis.

Plus de 2 000 personnes ont fait des dons à l’association Hadassah pour planter un verger de plus de 3 000 arbres en Israël, à la mémoire des victimes de la fusillade de Newtown, aux Etats-Unis, en décembre dernier. Les arbres feront partie du Beersheva River Park, parc actuellement en construction.

Pour les élections de la 19e Knesset, deux partis verts officiels ont présenté des listes : les Verts, liste libérale et le Parti vert et jeune, pour un futur écologique en Israël.

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL