Bibi et Barak mettent fin à leur bisbille

Les partenaires de coalition se préparent aux élections anticipées

By GIL STERN STERN HOFFMAN
October 10, 2012 11:41
2 minute read.

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Mardi 9 octobre, le Premier ministre Binyamin Netanyahou devait rencontrer les dirigeants de Judaïsme unifié de la Torah (JUT). Cette réunion fait partie de la tournée entreprise par le leader pour se mettre d’accord avec ses partenaires de coalitions sur les élections anticipées.

Shas, Israel Beiteinou et Habayit Hayehoudi ont assuré à Netanyahou qu’ils préféraient aller aux urnes plutôt que d’essayer de faire voter le budget 2013. Dans l’entourage de Yaacov Litzman, président de JUT, on estimait qu’il ferait de même. “Il ne tolérera pas des coupes dans le budget réservé aux enfants”, a déclaré une source proche du leader. “Il le fera clairement comprendre au Premier ministre. Le budget peut tout à fait mener à des élections anticipées. Avec l’aide de Dieu, nous en ressortirons renforcés. Le timing ne pose pas de problème”.

Le président de la coalition Zeev Elkin (Likoud) a également déclaré qu’il considérait les élections inévitables car aucun des partenaires du gouvernement ne se montre prêt au compromis. Et de confirmer que Netanyahou a réprimandé Ehoud Barak, ministre de la Défense et chef du parti Hatsmaout (Indépendance), pour avoir agi trop indépendamment en matière de politique étrangère, lors d’une réunion en tête à tête tard samedi soir.

Pour l’équipe de Barak, ceux qui pensent que l’entretien a été mis en scène exagèrent tout autant que ceux qui le prennent pour un violent affrontement. “Le désaccord était réel, mais les problèmes ont été résolus et tout va bien à présent”, a déclaré une source proche du ministre.

Du côté du Premier ministre, on murmure que Netanyahou a envisagé de démettre Barak de ses fonctions pour insubordination, mais qu’il souhaite à présent maintenir la bonne entente avec son ministre de la Défense et qu’un renvoi avant les élections n’est plus d’actualité. Après un entretien d’une heure et demie samedi soir, le bureau de Barak a publié un communiqué affirmant que les deux hommes continueront de travailler ensemble pour vaincre les menaces pesant sur Israël.

“Barak et Netanyahou sont d’accord sur chacun des aspects de la menace iranienne, tout comme les relations avec les Etats-Unis conduites sous la houlette du Premier ministre”, faisait savoir le communiqué. Le conflit entre les deux élus a éclaté mardi lorsqu’une conversation entre Netanyahou et le ministre des Finances Youval Steinitz a été rapportée dans la presse : Bibi y déclarait que Barak avait cherché à lui nuire lors de récentes discussions avec Washington. Deux réunions sont concernées. La première a eu lieu entre le ministre de la Défense et le maire de Chicago Rahm Emmanuel, un proche allié du président américain Barak Obama et a été portée à la connaissance de Netanyahou par voie de presse seulement. La seconde s’est déroulée avec le conseiller à la sécurité nationale d’Obama, Tom Donilon, et n’a pas inclus l’ambassadeur israélien aux Etats- Unis Michael Oren.

Lundi soir, la secrétaire nationale de Meretz, Zehava Gal- On, a déclaré qu’elle continuait de croire que le conflit avait été construit de toutes pièces. “C’était un spectacle bien rôdé de leur part”, a-t-elle asséné.




Related Content

Breaking news
August 16, 2018
UNRWA says schools for Palestinians to open despite U.S. funding cut

By REUTERS